• Misuko

Ce régime pourrait-il sauver le monde?

De plus en plus de gens sont sensibles à l’impact de l’alimentation sur leur santé. Mais il est aussi nécessaire de nous demander quel est l’impact de ce qu’on mange sur la planète, ce qu’on a tendance à ignorer et qui est pourtant très important. Vous connaissez bien les choses à changer dans vos assiettes pour améliorer votre santé en ignorant qu’il existe aussi des solutions pour réduire l’impact de la nourriture sur notre environnement.


Le changement climatique, qui a un impact considérable sur notre planète (les vagues de chaleur, les sécheresses, les inondations, les ouragans, la fonte des glaciers), est en grande partie causé par notre alimentation. En effet, le secteur alimentaire est responsable d’environ 30 % de la production mondiale de gaz à effet de serre et de 70 % de la consommation d’eau. La biodiversité s’effondre et de 0,6 à 1,9 pourcent des terres sont rendues incultivables chaque année. De plus, la stabilité du système climatique et des écosystèmes est menacée par la façon de produire l’alimentation actuelle.


Bien que ces problèmes ne soient pas seulement causés par notre alimentation, ils peuvent être résolus en partie grâce à cette dernière.



Quel est le but du régime planétaire ?


Le but du régime planétaire est de rendre disponible une quantité de nourriture suffisante pour satisfaire les besoins nutritionnels de chaque personne sur terre. La particularité de ce régime est le respect des ressources naturelles (eau, sol, air) et de la biodiversité lors de la production et de la transformation d’aliments. Le choix des produits alimentaires joue aussi un rôle dans le régime planétaire, qui privilégie la nourriture qui a le moins d’impact possible sur l’environnement et le changement climatique.


D’ici 2050, la population mondiale atteindra environ 10 milliards d’habitants. Il est important de repenser notre système alimentaire d’ici là, afin de répondre aux besoins de la population sans pour autant épuiser les ressources de notre terre, ni la détruire. De plus, si nous continuons à adopter un régime alimentaire à base d’aliments transformés et de viande tel qu’il règne aujourd’hui, d’ici 2050, des maladies comme le diabète, l’obésité et les maladies cardio-vasculaires risquent de conquérir le monde. La planète, quant à elle, risque de ne pas survivre. Le régime planétaire est en partie une solution à ces deux types de problèmes, qui ont impact considérable sur notre vie future.



Comment mettre en place le régime planétaire dans le monde ?


Le régime planétaire devrait s’accompagner de changements au niveau de la chaîne de production alimentaire. Dans le cas des méthodes d’agriculture, il existe de nombreuses alternatives telles que l’agroécologie, l’agroforesterie ou encore la biodynamie qui permettent une production sans risques pour la biodiversité. Lors de la récolte, il est important de privilégier la qualité à la quantité dans le but de produire raisonnablement, sans épuiser les sols et sans détruire ces derniers. Les méthodes agricoles et les décisions concernant ce sujet doivent être tout de même adaptées à chaque pays selon l’état actuel de l’agriculture, le climat et l’environnement.


Un autre aspect à prendre en compte lors de la production est la diminution du gaspillage alimentaire. En effet, 30 % de produits agricoles sont perdus après la récolte et 30 % supplémentaires sont perdus après la vente. Comme la terre risque de perdre toutes ses ressources, le gaspillage alimentaire pousse à la réflexion. Tout au long de la chaîne d’approvisionnement, de nombreuses démarches sont à mettre en place pour favoriser le stockage des produits, la distribution, mais aussi l’éducation du consommateur.



Comment devrions-nous consommer selon EAT-The Lancet ?


Le régime idéal pour la planète serait composé d’un maximum de fruits, de légumes, de légumineuses et de noix. Les viandes rouges et les produits raffinés, quant à eux, seraient à diminuer fortement.


Pourquoi est-ce important de manger moins de viande rouge ? Les ressources naturelles, les surfaces agricoles et l’eau sont utilisées lors de la production de viande, en plus du gaz à effet de serre qu’elle génère. Produite et consommée en grandes quantités, elle est dangereuse pour l’environnement, en plus d’être néfaste pour la santé. Il a été observé que la consommation de viande rouge est associée à des risques de cancer colorectal, de diabète de type 2 et des maladies cardio-vasculaires. Elle favorise le durcissement des artères et l’apparition du mauvais cholestérol dans le sang. Dans le régime planétaire, la quantité de viande rouge consommée devrait être diminuée d’au moins 50 %. Vous avez le droit à 14 grammes par jour, ce qui équivaut à 10 % d’un steak. Si je peux vous donner un conseil, c’est de privilégier les plats végétariens et se permettre occasionnellement un bon morceau !


Les produits transformés ne sont pas conseillés et devraient disparaître de nos assiettes. Le régime planétaire vise à nourrir l’ensemble de la population mondiale tout en lui permettant de bénéficier des apports nutritionnels nécessaires. Or, les produits raffinés et transformés sont remplis d’additifs et très pauvres au niveau nutritionnel. De nombreuses maladies telles que l’obésité, le diabète et le cancer sont causés par la malbouffe, ce n’est donc pas l’idéal pour la santé. D’ici 2020, tout le monde devrait réduire sa consommation de sucres raffinés de 50 % pour le bien de soi et de la planète.


La production alimentaire s’accompagne souvent de la production de déchets qui n’est pas sans impact pour l’environnement. Les aliments avec un packaging recyclable, sans emballage ou en vrac seraient de bonnes alternatives à privilégier. Les gourdes réutilisables remplies d’eau du robinet sont à privilégier pour réduire la production du plastique, qui est très problématique. Si vous souhaitez avoir plus d’informations sur le zéro-déchet, cet article est fait pour vous.


Si vous souhaitez consulter le rapport détaillé d' EAT-The Lancet pour avoir plus d'informations, vous le trouverez sur cette page avec un résumé en français.



À quoi ressemblerait l’assiette type du régime planétaire ?


L’assiette type est difficile à définir et dépend de plusieurs facteurs tels que les besoins de la personne ou encore son pays d’habitation. Elle est à adapter selon la situation de chacun. Néanmoins, nous pouvons vous guider avec un exemple de repas :


  • une grande partie de l’assiette devrait être composée de fruits et de légumes, qui prendront au minimum la moitié du volume du repas. Ils devraient être, de préférence, issus de l’agriculture locale et biologique. Ils peuvent être consommés cuits ou crus, selon les préférences.

  • l’assiette devrait être complétée avec un maximum de céréales complètes (riz, quinoa, blé…), de légumineuses (lentilles, haricots rouges ou blancs, pois cassés…) ET d’oléagineux (huiles végétales insaturées, graines…). Les trois devraient idéalement prendre place sur la même assiette, sinon être consommés individuellement et régulièrement.

  • le peu de place qu’il restera dans votre assiette pourra être rempli de protéines animales, de produits laitiers et de sucres ajoutés. Ces derniers sont à consommer de manière minimaliste et ne devraient pas dépasser 10 % des apports journaliers.

Les chercheurs conseillent d’intégrer deux plats de poisson et un œuf par semaine dans votre alimentation. Les produits laitiers, quant à eux, sont permis avec certaines limites. Vous avez le droit de boire environ un verre de lait par jour, par exemple. Si vous trouvez que ce régime est trop limité, pas de panique ! Le régime planétaire prévoit en moyenne une consommation de 2500 calories par jour.


Essayez d’intégrer tous ces changements progressivement afin d’arriver à l’objectif à votre rythme !


À très vite,

Loïc de Misuko


#health #santé #besoins #proteines #environnement #nourriture

HELLO@MISUKO.BE

RUE SAINT-DENIS 120, 1190 FOREST

+32 471.38.38.91

  • Facebook Page Misuko Juices
  • Instagram Page Misuko Juices

RESTONS EN CONTACT

© Copyright 2020-2021  Misuko | Tous droits réservés